Arequipa et la canyon de Colca

Publié le par héloïse Thomas

Arequipa

Arrivée a Arequipa, il est 23h 45, pas d’hôtel, ni de réservation nulle part. La gare routière est vide, Je décide d’appeler une auberge, d’un téléphone publique, dans la gare. Tout est complet, sauf, une auberge, 90 soles la chambres 2 lits…

90 soles??????

Non mais ça va pas! Ça fait 45 soles chacun, donc au moins ………9 euros 50,..lol

Bon d’accord , ça fait pas cher la nuit, mais quant on a pris l’habitude de payer 5 euros la nuit, 9 euros 50, ça a l’air d’une fortune.

Au moment de sortir de la gare désertique, j’aperçois une fille qui était avec nous, dans le bus. Elle feuillette son lonely planet. Elle, non plus, n’a pas réservé d’hôtel. Je lui propose de partager un taxi et d’essayer de trouver un hôtel pour trois

IL est 1 heure du mat’, tout est complet, ou trop cher.

Finalement on fini par trouver un chambre 6 lits, à 82 soles pour trois. Cela ira pour cette nuit.

Katerina est Allemande et a tout juste 19 ans. Après avoir passé deux mois en équateur, participant à un projet humanitaire, elle utilise ces deux dernières semaines pour faire un petit tour au Pérou.

Jeune et fauchée.

La nuit fut revivifiante.

Le lendemain matin, changement de backpakers: THE POINT backpakers hostels. Dortoirs à 24 soles la nuit (5,90 euros).

J’aime l’ambiance, même si, en arrivant, tous les occupants du dortoirs étaient couché, ivres morts, encore soûl de la veille (ou du matin), et qu’une odeur d’alcool attaquée directement les narines en ouvrant la porte de la chambre.

Après midi, visite de la ville très agréable avec ces petites rues, son marché animé, sa place centrale bondée, et ces habitants charmants.

Le seule «hic«  , toutes les visites sont payantes, 30 soles par ci, 30 soles par là. Je trouve ça un peu exagéré, un musée d’accord, une expo, aussi, un monastère pourquoi pas, mais les églises?

Retour à l’auberge, je croise enfin l’occupant du lit, en dessous du mien. Isaac, un américain, habitant dans l’Utah, il est 20h, il vient de se réveiller. Il se révèle être très sympathique,, on discute des relations franco américaines, des voyages, de basketballs, de sa petite copine péruvienne travaillant à Cuzco, du coût de la vie, bref de tout et de rien. J’Apprécie la conversation mais pars me coucher car demain lever au aurore pour 2 jours dans le Canyon de Colca.


Levée à 6H45, je me prépare pour partir observer Le canon de Colca. Un mini bus vient nous chercher, Katie et moi. Nous rencontrons, 5 chiliens, une anglaise et une habitante de Singapour (Singapourienne? )


C’est marrant, mais je comprends très bien l’anglais « américain ». Discuter avec un Américain est très facile et très compréhensif,. Mais par contre, l’anglais « anglais !!!!!!! » Waouh, quel accent! Autant m’a conversation de la veille avec Isaac fut fluide et même drôle, autant ma conversation avec Nathalie l’anglaise est catastrophique. Elle a un accent à couper au couteau. Même, Katie qui est parfaitement bilingue, a du mal à comprendre.


À quatre heures au nord d'
Arequipa au Pérou, s'étend l'impressionnant Canyon de Colca. Avec une profondeur de 3400 m, il était autrefois considéré comme le canyon le plus profond du monde. Toutefois, il a été démontré depuis qu'un canyon voisin, le Canyon de Cotahuasi, était encore plus profond (3535m). Son point culminant est à 4350 m d'altitude et on trouve la rivière de Colca

dans la vallée.

 

 

Les paysages sont vraiment magnifiques, impressionnants; Nous rencontrons des locaux qui nous saluent aux bords des routes, des enfants , cartables sur le dos, chevauchent des ânes pour se rendre à l’école quelques kilomètres plus loin, des éleveurs essayent de dompter leurs brebis qui s’égarent au milieu des routes, des marchandes d’écharpes ou de bonnets attendent tranquillement un acheteur potentiel le long des routes. J’aime l’ambiance.

En fin d’après midi, la récompense ultime, des eaux thermales à 38 degrés nous attendent au milieu de la montagne. Quel bonheur!!!!!! Il fait 8 degrés dehors, et j’avoue que l’idée de se mettre en maillot de bain, dehors, m’a un peu effrayé. Mais, dés le premier petit doigt de pied plongée dans l‘eau bouillante ,et la froideur extérieure était oubliée.

1h30 de barbotements.

Retour à l’hôtel, puis diner dans un restaurant , ou des musiciens manient avec virtuosité leurs instruments de musique et les danseurs infatigables dansent sans s’arrêter.

Le lendemain, rando jusqu’au CRUZ del Condor. Un point de vue idéal pour observer les Condors qui frôlent les montagnes.

Une randonnée à 4000 mètres est vraiment usante. L’oxygène étant moins présente , chaque montée est difficile. Un exercice pour le souffle.

Heureusement, au bout, les condors sont là, virevoltant avec agilité dans ce paysage magnifique.

Je suis heureuse d’être là, au dessus des nuages, à regarder les condors d’en haut, et a scruter l’Horizon parsemé de pics montagneux

Retour à Arequipa. 4H de route absolument effrayante. Un épais brouillard a enveloppé les montagnes et les routes sont invisibles. Notre conducteur décide tout de même d’y aller. On a eu le droit a quelques frayeurs, surtout quant il décidait de doubler alors qu’on ne voyait rien à 2 mètres, et que soudainement , 2 phares apparaissaientt droit devant. Coups de volant, et embardés ont été au programme de ce retour vers Arequipa.

 

Je dis au revoir à tout le monde dans le backpakers et à Katie, et prend un bus pour Cuzco.

Commenter cet article

Nicolas 18/02/2010 04:27


Bonjour,
De passage sur votre blog via l'annuaire d'over-blog.
Je vous invite à découvrir un nouveau design + une série d'affiches pendant la durée des jeux Olympiques de Vancouver!
http://www.nicolaslizier.com/article-creation-j-o-vancouver---joannie-rochette-45102861.html
Je vous souhaite une bonne continuation sur votre site comme dans vos projets.
A bientôt
Nicolas graphiste au Canada